Friday, September 3, 2010

conversations with my son in the afterlife

From Channeling Erik Site : http://www.channelingerik.com/about/

About Erik
After finally being diagnosed with and receiving treatment for Bipolar Disease, Erik seemed to improve somewhat. He stopped the drugs and alcohol and embarked on a career path to becoming a welder. But as happiness seemed to elude him still, he developed an insatiable appetite for material possessions to fill the empty void: a stereo system for his truck, a new welder, equipment for a new sport or hobby, or a new bike. When he ran out of money, he pawned nearly all of his other possessions for the next “fix.” He also had an intense yearning for friendships. Sadly, he was well aware of the fact that many of his “friends” answered his calls only to hang up immediately once they realized it was him. He was regarded as odd and quirky by many and, as a result, he often felt deeply lonely. I find this so ironic, because Erik was so caring toward others whether they were friends, acquaintances or strangers. He wouldn’t hesitate to give anyone the shirt off his back and often brought home troubled strays in need of a home cooked meal and a place to sleep. In all of his twenty years here on Earth, I have never heard him utter a critical or disparaging word about another person. Perhaps because of his struggles, he was one of the most compassionate, nonjudgmental people I have ever known.

-------------------------------------------------------------------------

Yet Erik reassures us as he continues,
“I know you knew it was a possibility this would eventually happen, Mom, but there was nothing you could have done beside worry and do all the stuff you did to help me. Did you know a third of parents around the world have kids who are suicidal? I know that now. You need to let other parents know that too.”



“So of course I already told you what happened when I saw all the mess I made. I knew you were going to find me and that was not my goal. I didn’t think. Once I pulled the trigger I couldn’t change my mind. I felt this horrible sense of loss knowing what you guys were gonna feel and I had my own sense of loss, scared, real scared that you guys weren’t going to be able to pick up on me. I was real frightened about it. Then I had this tragic feeling of grief knowing you were gonna find it, Mom. I knew it. I felt this impossible to describe sense of remorse. Maybe it was even more grief than you feel, Mom, because I did it. I did it. I have no one to blame but myself. I knew I would have to have therapy because of it. So you know I went to Norway right away to see Bestefar (his grandfather), but my guide made me come back and watch when you found me. It was the most horrible thing I have ever experienced, seeing you break down in my lap, sobbing. My guide made me look at what pain I caused for you. It was unbearable.” (Here, Kim, again describes him kneeling, hands together as if begging, tears streaming down his face asking for forgiveness.)

“Then I felt this pulling, this pulling like a gravitational pull and I heard this “zinnnggg” and all of a sudden I was standing there in front of a whole bunch of other spirits and I recognized them all! There were hundreds of them. I was like ‘Oh, there’s Aunt Sophie; there’s my brother from the Middle Ages,’ I could recognize everybody from all my past lives and my brother from this lifetime.” (I had lost a baby during my 24th week of pregnancy. It was a boy. We named him, Seth. It happened around 16 years ago, so Kim could not have known Erik had a brother on the other side.)

“There was this big table where everybody was going to sit down…like a family dinner. There was a lot of music, there was a lot of laughing. Oh, and, Mom, I asked four souls from your soul group who aren’t part of your life now if they could help you through all this. I want to do something to help the family. I want to be able to do something for you guys. If there is anything at all I can do to help anyone in the family, please let me know, and I’ll do everything I can. I want to feel like I’m still part of the family. Ask me to do stuff. I can’t exactly take out the garbage but… Spiritual being can move physical objects just as well as you guys.”

Sunday, August 22, 2010

Comme les années passent...

Le temps file, défile et les anniversaires, bornes de nos émotions veulent nous façonner.
Elles nous appèlent et nous rappellent, nous figent dans le passé mais nous avons
le choix de traverser le temps sans le temps, car nous sommes un "instant".
Nous sommes à l´instant et toujours !

Rien ne s'efface, et pourtant tout change à chaque seconde.
Ces bornes sont ridicules, inutiles, laissez une trace?
Les rotations de la planète n´ont pas de droit sur mon instant,
cette mathématique orgueilleuse ne sert que l´histoire.

Nous n´avons pas besoin de bornes!
hier c´était hier, 86400 secondes.
86400 instants passés... ou dix milliards d´instants, quelle différence?

Nous sommes à l´instant et toujours !

Éternels... sans temps!

Parfois incarnés pour quelques instants, quelques secondes, quelques rotations planétaires, solaires ... la belle affaire!

Nous sommes à l´instant et toujours !
Éternels... sans temps!

Anniversaires ! que vous êtes laids, que servez-vous?
Bornes figées, qui poussent à chaque instant.
Je marche sur vous et vous renfonce dans votre néant calculateur.

Nous sommes à l´instant et toujours !
Éternels !

Sunday, April 25, 2010

!

.



.



.



.



.



.



.



.



.



.



.



.



.



.



.



.



.



.

Tuesday, March 2, 2010

Be kinder...


Be kinder than necessary,

Everyone you meet is fighting some kind of battle.


  • - Live simply, - Vivez simplement,
  • - Love generously, - Aimez généreusement,
  • - Care deeply, - Soyez profondément attentionné,
  • - Speak kindly... - Parlez avec gentillesse...

-
And leave the rest to God! - Et laissez tout le reste à Dieu!

Wednesday, September 2, 2009

Each soul has planned and allowed for transition in such a manner.

Know that every action and reaction has a purpose, and your understanding is not as yet sufficiently Broad enough to know the precise reasons.

No matter what scale of death in any incident, be aware that each soul has planned and allowed for transition in such a manner.

This is one of your more difficult lessons to comprehend, as loss of life is a very emotive subject to you.

Mike Quinsey

Pas toi

All God's angels come to us disguised ! JRL

James Russel Lowel ( 1819 - 1891 )

Wednesday, April 22, 2009

each soul has planned and allowed

Know that every action and reaction has a purpose, and your understanding is not as yet sufficiently broad enough to know the precise reasons.

No matter what scale of death in any incident, be aware that each soul has planned and allowed for transition in such a manner.

This is one of your more difficult lessons to comprehend, as loss of life is a very emotive subject to you.

Mike Quinsey

Monday, January 12, 2009

pardonner et oublier le passé [NC1961]

Père Melvin Doucette - 28 juillet 2008

« Eh bien, moi je vous déclare : tout homme qui se met en colère contre son frère mérite de comparaître devant le juge; celui qui dit à son frère : Imbécile! mérite d’être jugé par le Conseil supérieur; celui qui lui dit : Idiot! mérite d’être jeté dans le feu de l’enfer » (Matthieu 5.22).

Aujourd’hui je vous cite un autre message donné par Jésus à Joseph. Voici ce message :

« Il y a beaucoup de discorde et de colère dans bien des familles. À cause du ressentiment et de la colère, des frères et des sœurs ne se parlent plus, et les membres de la famille en souffrent pour la plupart. À la mort des parents, la colère peut s’intensifier si chacun veut avoir la plus grande part de l’héritage. Prenez garde, car l’argent est la source de beaucoup de mal.

« Mes amis, ce que j’attends au sein d’une famille, c’est l’amour mutuel et le pardon. Il est vrai que certains ont pu en blesser d’autres par des mots mal choisis ou une allusion à certains incidents.
Mais les membres d’une même famille devraient être capables de pardonner et d’oublier le passé. Il devrait y avoir entre eux tous un lien d’attachement, et chacun devrait se réjouir de la compagnie de l’autre. La jalousie, souvent, est un autre mal qui surgit dans les familles. Il n’y a pas de raison à cela et chacun devrait accepter l’autre pour ce qu’il est : son frère ou sa sœur.

« Si vous ne pouvez pas aimer votre frère ou votre sœur avec qui vous avez grandi, comment pouvez-vous m’aimer ? Le grand commandement que je vous ai donné est de vous aimer les uns les autres comme je vous ai aimés. Ouvrez votre cœur à votre frère ou votre sœur de sang et dites-lui que vous l’aimez. Si vous n’avez pas parlé à l’un ou l’autre membre de votre famille immédiate, c’est le moment d’écrire à cette personne et de lui exprimer votre amour. Votre geste aura pour résultat de vous apporter la paix, et vous serez rempli de mon amour.
N’attendez pas de recevoir son appel : à vous de prendre l’initiative. La discorde familiale amène l’obscurité et la tristesse dans les cœurs. Changez la situation avec la puissance de la grâce que je vous ai méritée. Je veux que la paix, l’amour et la joie règnent au sein de chaque famille. »

Wednesday, November 5, 2008

Wednesday, October 15, 2008

Agnus Dei

F... puisque tu pars


Puisque l'ombre gagne
Puisqu'il n'est pas de montagne
Au-delà des vents plus haute que les marches de l'oubli
Puisqu'il faut apprendre
A défaut de le comprendre
A rêver nos désirs et vivre des "ainsi-soit-il"

Et puisque tu penses
Comme une intime évidence
Que parfois même tout donner n'est pas forcément suffire
Puisque c'est ailleurs
Qu'ira mieux battre ton cœur
Et puisque nous t'aimons trop pour te retenir

Puisque tu pars

Que les vents te mènent
Où d'autres âmes plus belles
Sauront t'aimer mieux que nous puisque l'on ne peut t'aimer plus
Que la vie t'apprenne
Mais que tu restes le même
Si tu te trahissais nous t'aurions tout à fait perdu

Garde cette chance
Que nous t'envions en silence
Cette force de penser que le plus beau reste à venir
Et loin de nos villes
Comme octobre l'est d'avril
Sache qu'ici reste de toi comme une empreinte indélébile

Sans drame, sans larme
Pauvres et dérisoires armes
Parce qu'il est des douleurs qui ne pleurent qu'à l'intérieur
Puisque ta maison
Aujourd'hui c'est l'horizon
Dans ton exil essaie d'apprendre à revenir

Mais pas trop tard

Dans ton histoire
Garde en mémoire
Notre au revoir
Puisque tu pars
Dans ton histoire
Garde en mémoire
Notre au revoir
Puisque tu pars

J'aurai pu fermer, oublier toutes ces portes
Tout quitter sur un simple geste mais tu ne l'as pas fait
J'aurai pu donner tant d'amour et tant de force
Mais tout ce que je pouvais ça n'était pas encore assez
Pas assez, pas assez, pas assez

Dans ton histoire (dans ton histoire)
Garde en mémoire (garde en mémoire)
Notre au revoir (notre au revoir)
Puisque tu pars (puisque tu pars)

Tu ne dis jamais rien (Léo Ferré)

Je vois le monde un peu comme on voit l'incroyable
L'incroyable c'est ça c'est ce qu'on ne voit pas
Des fleurs dans des crayons Debussy sur le sable
A Saint-Aubin-sur-Mer que je ne connais pas
Les filles dans du fer au fond de l'habitude
Et des mineurs creusant dans leur ventre tout chaud
Des soutiens-gorge aux chats des patrons dans le Sud
A marner pour les ouvriers de chez Renault
Moi je vis donc ailleurs dans la dimension quatre
Avec la Bande dessinée chez mc 2
Je suis Demain je suis le chêne et je suis l'âtre
Viens chez moi mon amour viens chez moi y'a du feu
Je vole pour la peau sur l'aire des misères
Je suis un vieux Boeing de l'an quatre-vingt-neuf
Je pars la fleur aux dents pour la dernière guerre
Ma machine à écrire a un complet tout neuf
Je vois la stéréo dans l'oeil d'une petite
Des pianos sur des ventres de fille à Paris
Un chimpanzé glacé qui chante ma musique
Avec moi doucement et toi tu n'as rien dit

Tu ne dis jamais rien tu ne dis jamais rien
Tu pleures quelquefois comme pleurent les bêtes
Sans savoir le pourquoi et qui ne disent rien
Comme toi, l'oeil ailleurs, à me faire la fête

Dans ton ventre désert je vois des multitudes
Je suis Demain C'est Toi mon demain de ma vie
Je vois des fiancés perdus qui se dénudent
Au velours de ta voix qui passe sur la nuit
Je vois des odeurs tièdes sur des pavés de songe
A Paris quand je suis allongé dans son lit
A voir passer sur moi des filles et des éponges
Qui sanglotent du suc de l'âge de folie
Moi je vis donc ailleurs dans la dimension ixe
Avec la bande dessinée chez un ami
Je suis Jamais je suis Toujours et je suis l'Ixe
De la formule de l'amour et de l'ennui
Je vois des tramways bleus sur des rails d'enfants tristes
Des paravents chinois devant le vent du nord
Des objets sans objet des fenêtres d'artistes
D'où sortent le soleil le génie et la mort
Attends, je vois tout près une étoile orpheline
Qui vient dans ta maison pour te parler de moi
Je la connais depuis longtemps c'est ma voisine
Mais sa lumière est illusoire comme moi

Et tu ne me dis rien tu ne dis jamais rien
Mais tu luis dans mon coeur comme luit cette étoile
Avec ses feux perdus dans des lointains chemins
Tu ne dis jamais rien comme font les étoiles

Avec le temps - Léo Ferré